Jusqu’au 5 mai 2021 : Bouquetins du Bargy : consultation publique sur le projet d’arrêté autorisant la capture et l’euthanasie de bouquetins séropositifs

Le Projet d'arrêté

URGENT : la préfecture de la Haute-Savoie met en ligne une consultation du public ouverte jusqu’au 5 mai 2021 inclus sur son projet d’arrêté autorisant sur l’ensemble du massif du Bargy la capture, l’euthanasie de bouquetins séropositifs  en vue du contrôle de la brucellose au sein de cette population et de ce fait la préserver, dans l’intérêt de la santé publique, ainsi que pour prévenir les dommages à l’élevage et aux filières agricoles de montagne.

Vous pouvez également consulter la note de présentation.

AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté

Important : pour que votre avis soit pris en compte, ne faites pas de copié-collé mais rédigez un message personnalisé. Il doit-être envoyé par mail à ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr jusqu’au 5 mai 2021 (inclus), avec comme objet « Massif du Bargy : Euthanasie bouquetins séropositifs pour constitution d’un noyau sain. »  

Votre message peut également être envoyé par courrier à : 
Direction départementale des territoires de la Haute-Savoie 
Service eau et environnement  
15 rue Henry Bordeaux – 74998 Annecy cedex 9

Nos arguments à reprendre et personnaliser pour la rédaction de votre commentaire

Important : pour que votre avis soit pris en compte, ne faites pas de copié-collé mais rédigez un message personnalisé.

  • En 2017,  un plan d’action a été mis en place dans le massif du Bargy, dans le but de capturer et d’euthanasier les bouquetins séropositifs, dans le cadre de la lutte contre la brucellose du bouquetin. La préfecture de Haute-Savoie a déposé une demande de dérogation à la ministre de la transition écologique et solidaire le 03 janvier 2020 portant sur la capture de 150 bouquetins (50 par an) sur l’ensemble du massif, avec euthanasie des animaux testés séropositifs, et le prélèvement de 60 bouquetins (20 par ans) non marqués, dans la zone cœur du massif (petit Bargy, Grand Bargy, Jallouvre-Peyre), pour la période 2020-2022 (trois ans).
  • Le bouquetin des Alpes est une espèce protégée en France. À ce titre, l’octroi d’une dérogation à leur protection stricte devrait être conditionné à la recherche de solutions alternatives. Or, le plan d’action 2020-2022 fait suite à des opérations déjà mises en place en 2012, 2013, 2014, 2015 et 2017 et aucune solution alternative ne semble avoir été envisagée.
  • Ce projet d’arrêté vise à maîtriser l’enzootie de brucellose au sein de la population de bouquetins du massif du Bargy dans l’intérêt de la santé publique, ainsi que pour prévenir les dommages à l’élevage et aux filières agricoles de montagne. Or, le risque de transmission entre l’homme et cette espèce sauvage est très faible, les interactions entre nos deux espèces étant extrêmement rares.
  • Il n’est pas normal de sacrifier des populations d’animaux sauvages protégés pour prévenir les dommages à l’élevage, quand d’autres solutions sont envisageables.
  • Le Conseil National de la Protection de la Nature recommande d’étudier la faisabilité de stopper ou de mieux contrôler le pâturage d’animaux domestiques dans les zones les plus sensibles, car il ressort des cartographies qu’une partie des troupeaux pâture en zone à risque.
  • Le Conseil National de la Protection de la Nature recommande l’application du principe de précaution pour interdire aux animaux domestiques (moutons, bovins) d’accéder aux prairies du Massif du Bargy où sont confinés les bouquetins infectés par la brucellose.
  • Il faut favoriser une conduite des troupeaux placée sous le contrôle d’un berger dans le but d’éviter les interactions directes entre animaux sauvages et domestiques.
  • Les mesures agri-environnementales et les futurs contrats territoriaux d’exploitation devront être développés en prenant en compte la gestion des populations d’ongulés sauvages, en particulier celles permettant la limitation des risques sanitaires.
  • L’intérêt des tirs d’individus impossibles à capturer et localisés dans les sites inaccessibles n’est pas démontré

En complément, vous pouvez aussi vous inspirer des arguments de l’association Animal Cross :

Je salue le progrès apporté par cet arrêté qui exclut désormais les tirs indiscriminés, à la suite du recours en référé qui a donné raison à l’association Animal Cross en décembre 2020.

Cependant, je m’oppose à cet arrêté qui autorise encore la capture et l’euthanasie des animaux séropositifs pour les raisons suivantes :

  • Certains de ces animaux seront euthanasiés alors qu’ils ne sont pas contagieux, ni même ne souffrent ; la gestion sélective va donc potentiellement mettre fin à la vie de bouquetins qui ne risquent aucunement de propager la brucellose bovine.
  • Changeant de paradigme, je souhaite que soit mise en œuvre une tout autre stratégie, qui éviterait de sacrifier des bouquetins indemnes, stratégie qui ne ciblerait plus la source (les bouquetins) mais la cible à protéger (les troupeaux domestiques) et qui s’articule autour des axes suivants :

o   Pour les quelques élevages proches des zones fréquentées par les bouquetins, réaliser des contrôles périodiques sur les troupeaux domestiques, ainsi que sur le lait et les fromages au lait cru produits (seuls produits à risque). Un contrôle positif, cas très improbable comme indiqués par les rapports successifs de l’ANSES, conduirait à l’indemnisation de l’éleveur pour ses animaux et la production perdue de lait et de fromage

o   Appliquer une ségrégation spatiale entre animaux domestiques et faune sauvage pour éviter les contaminations rares inter-espèces, ce qui a été maintes fois recommandé par l’ANSES

o   En parallèle, suivi des bouquetins par des observations visuelles de séquelles, mais aussi par des tests indirects, c’est-à-dire de séropositivité pour évaluer l’impact de l’absence d’abattage sur la prévalence au fil des ans

o   Demande d’une nouvelle étude de l’ANSES sur la stratégie vaccinale : en effet, avec cette nouvelle option se concentrant sur la cible, l’étude vaccinale qui concerne les bouquetins sera séparée de la gestion de la crise sanitaire au niveau des élevages. Dès lors, des tests de vaccination peuvent être mis en place afin d’en étudier l’impact sur la santé de la population de bouquetins. Ajoutée à cela, la ségrégation spatiale évitera tout risque (déjà considéré comme négligeable) de contamination d’animaux domestiques.

Cette solution n’apparaît pas plus coûteuse pour l’Etat que ce qui est actuellement pratiqué, et évite la mobilisation massive sur un terrain difficile d’accès d’agents qui comporte des risques, ainsi que le transport très onéreux et complexe des carcasses des animaux abattus.

Attention, les messages que vous adressez à la préfecture doivent-être personnalisés et argumentés. Ils doivent-être envoyés par mail à ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr jusqu’au 5 mai 2021 (inclus), avec comme objet « Massif du Bargy : Euthanasie bouquetins séropositifs pour constitution d’un noyau sain ».

Vos messages peuvent également être envoyés par courrier à :
Direction départementale des territoires de la Haute-Savoie
Service eau et environnement
15 rue Henry Bordeaux – 74998 Annecy cedex 9