Pas-de-Calais jusqu’au 21 juin 2020 inclus : consultation publique sur la période de régulation du renard

Le Projet d'arrêté

Le projet d’arrêté soumis à consultation du public concerne l’autorisation d’une période de régulation de 900 renards du 15 Juillet 2020 à fin Mars 2021.

La préfecture a publié une note de présentation.

AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté , avant le 21 juin

Important : pour que votre avis soit pris en compte, ne faites pas de copié-collé mais rédigez un message personnalisé. Il doit être avant le 21 juin 2020, par formulaire électronique.  

Nos arguments à reprendre et personnaliser pour la rédaction de votre commentaire

Important : pour que votre avis soit pris en compte, ne faites pas de copié-collé mais rédigez un message personnalisé.

SUR LA FORME : 

  • L’arrêté prévoit de massacrer par tirs de jour comme de nuit un quota de 900 renards  du 15 juillet 2020 au 31 mars 2021 dans le Pas-de-Calais par les lieutenants de louveterie sur les zones situées à moins de 500 m de zones urbaines, d’habitations, d’élevages ou de basses-cours ainsi que de cultures maraîchères et à distance maximale de 300 m des chemins ouverts au public.
  • Le projet d’arrêté est accompagné d’une note de présentation qui avance un chiffrage des dégâts basé sur 300 attestations, faisant état de près de 125 000 € de dommages,  qui se décomposeraient ainsi;
  • plus de 35 000 € de dommages aux basse-cours ;
    • plus de 15 000 € de dommages aux élevages , 
    • plus de 75 000 € de dommages à la faune.Or la note elle-même précise que “Les dommages à la faune sauvage ne justifient pas l’arrêté envisagé”. On parle donc de 50000 euros de dégâts dans les 1844 km2 de zones envisagées, on attend plus de détails sur ces chiffres !  
  • Je me permets de vous rappeler qu’au moment de la publication de l’arrêté final, l’article L 123-19-1 du code de l’environnement stipule qu’ « au plus tard à la date de la publication de la décision et pendant une durée minimale de trois mois, l’autorité administrative qui a pris la décision rend publics, par voie électronique, la synthèse des observations et propositions du public avec l’indication de celles dont il a été tenu compte, les observations et propositions déposées par voie électronique ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision. » Je vous remercie donc de bien prévoir la publication d’une synthèse des avis qui vous ont été envoyés.

SUR LE FOND : 

  • La note de présentation justifie ces tirs pour réduire très fortement la présence du renard en zone urbanisée, au sein et à  proximité des lieux ouverts au
    public et des zones d’élevage, en régulant les spécimens qui chercheraient à coloniser ces lieux.
  • Dans le Pas-de-Calais, environ 1500 renards sont prélevés par chaque année par déterrage, 1250 par la chasse à tir et près de 6000 par le piégeage.Cela représente 8750 renards prélevés chaque année par les chasseurs, mais ça ne suffit pas, il manquait les zones urbaines, et 900 renards de plus!!
  • La note prétend qu’il y aurait environ 19115 renards dans le département (2,85/km2), et applique une logique de destruction proche de l’absurde. Pour les 1844 km2 de zones d’activités humaines, il conviendrait de prélever en plus des renards déja chassés 0,5 renard/km2, soit 922 renards??!!! 
  • Le renard est accusé d’être agressif,  de mordre les animaux domestiques et les hommes, de transmettre la sarcosporidiose, la néosporose aux bovins, echinococcose alvéolaire à l’homme , etc…
  • En milieu urbain, la meilleure protection de transmission des maladies dans les potagers est par la régulation des hôtes intermédiaires : chien et campagnols, et non celle du renard..
  • Il appartient aux éleveurs de sécuriser leurs installations.
    Pour prévenir les dégâts causés aux élevages avicoles en particulier, des mesures de prévention efficaces peuvent être mises en place (enterrer la clôture, effarouchement, etc.).
  • Le Renard, comme les mustélidés et les rapaces, contribue à la régulation des populations de rongeurs.  Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurs par an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tant qu’auxiliaire agricole. Par ailleurs, le renard ne sera jamais en surpopulation car c’est une espèce qui s’autorégule en fonction de la disponibilité en nourriture.
  • Les tirs de nuit sont susceptibles de générer des erreurs et de la confusion entre espèces, sans compte le dérangement de la faune non visée.
  • Les tirs, en provoquant le déplacement des individus, ont un effet contre-productif sur la propagation des zoonoses. Des études scientifiques ont montré que le renard contribue également à limiter la diffusion de la maladie de Lyme.
  • Des tribunaux administratifs ont a plusieurs reprises déclaré illégaux des tirs de nuit qui avaient été autorisés par les préfets.
  • Ce projet d’arrêté ne repose sur aucun fondement écologique, ces animaux étant tués par des lieutenants de louveteries pour défendre des zones urbaines..
  • Vous trouverez d’autres arguments à mentionner dans votre avis en suivant ce lien > https://www.consultationspubliques.aves.asso.fr/2016/06/06/arguments-en-faveur-du-renard/
  • Attention, les messages que vous adressez à la préfecture doivent-être personnalisés et argumentés. Ils doivent-être envoyés avant le 21 juin 2020, par formulaire électronique.