Hautes-Alpes : consultation publique relative aux 3 plans de gestion cynégétique (sangliers, galliformes de montagne, petite faune) saison 2020-2021

Le Projet d'arrêté

En plus de son  projet d’arrêté préfectoral d’ouverture et de clôture de la chasse saison 2020-2021, le préfecture des Hautes-Alpes propose à la consultation du public 3 autres projets relatifs à la chasse du sanglier, de la petite faune et des galliformes.

Pour participer, il faut répondre à un questionnaire sur le site de la préfecture avant le 25 mai 2020.

Important : pour que votre avis soit pris en compte, ne faites pas de copié-collé mais rédigez un message personnalisé. Il n’y a pas de mail à envoyer, mais un formulaire à remplir. 

Nos arguments à reprendre et personnaliser pour la rédaction de votre commentaire

Important : pour que votre avis soit pris en compte, ne faites pas de copié-collé mais rédigez un message personnalisé.

  • Le projet relatif aux galliformes consiste ni plus ni moins à permettre de tuer des espèces menacées en déclin : le lagopède alpin, le tétras-lyre, la gélinotte des bois et la perdrix bartavelle. 
  • Dans une étude de 2015, l’ONCFS affirmait pour la perdrix bartavelle : “Toutefois, malgré ces grandes capacités d’ajustement, il n’est pas sûr que les perdrix aient le temps de s’adapter aux nouvelles contraintes imposées par les changements écologiques et climatiques tels qu’ils se manifestent. L’espèce doit en effet faire face à une pénurie d’habitats favorables.”
  • Il est incompréhensible de vouloir permettre la chasse d’espèces qui sont sur le déclin et qui souffrent déjà d’une pénurie d’habitats favorables.

  • Il est totalement absurde de permettre la chasse du lapin de garenne alors que l’espèce est en déclin et que des opérations de repeuplement sont nécessaires pour maintenir ses effectifs. 

  • Les chasseurs demandent l’ouverture anticipée de la chasse aux sangliers au 1er juillet 2020, et pendant toute la saison de chasse 2021. En résumé, les sangliers n’échapperont à la chasse que 2 mois.
  • Opposition à l’ouverture anticipée de la chasse pour les sangliers, ainsi qu’aux opérations d’agrainage qui sont contre-productives, puisqu’elles habituent les sangliers à consommer du maïs et favorisent la surpopulation par un apport excessif de nourriture.

Attention, les messages que vous adressez à la préfecture doivent-être personnalisés et argumentés.