Gironde jusqu’au 25 mai 2018 : CP sur la période complémentaire de vénerie sous terre du blaireau

https://www.harperaspreywildliferescue.co.uk/
https://www.harperaspreywildliferescue.co.uk/

Pour lire le projet d’arrêté :

http://www.gironde.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Participation-du-public-Loi-du-27-decembre-2012/Plan-de-chasse-au-grand-gibier-campagne-cynegetique-2018-2019-en-Gironde

le Préfet propose que l’exercice de la vénerie du blaireau soit autorisé pour une période

complémentaire du 15 mai au 30 juin 2019 inclus.

 Envoyez vos avis à : ddtm-sen-raa@gironde.gouv.fr

Nos arguments à reprendre et personnaliser :

Les populations de blaireaux sont fragiles et souffrent de la disparition de leurs habitats (haies, lisières, prairies, …) et sont fortement impactées par le trafic routier.

Inscrit à l’annexe III de la Convention de Berne, le Blaireau d’Europe, Meles meles, est une espèce protégée (cf. art. 7). A titre dérogatoire, la Convention de Berne encadre strictement la pratique de la chasse et la destruction administrative de cette espèce (cf. art. 8 et 9). Le ministère de l’écologie doit soumettre « au Comité permanent un rapport biennal sur les dérogations faites ».

Aux termes de l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ». Or, l’article R424-5 du même code précise toutefois que le préfet peut autoriser l’exercice de la vénerie du blaireau pour une période complémentaire à partir du 15 mai, cet article contrevient donc au précédent.

Globalement la dynamique des populations de blaireaux est extrêmement faible (moyenne de 2,3 jeunes par an). Cette espèce n’est jamais abondante (mortalité juvénile très importante (de l’ordre de 50% la 1ère année). De plus une mortalité importante existe déjà due au trafic routier. Ces opérations de vénerie peuvent affecter considérablement ses effectifs et peuvent entraîner une disparition locale de cette espèce.
Cette pratique, appelée « vénerie sous terre », est particulièrement barbare et cruelle. Elle inflige de profondes souffrances aux animaux. De plus, lorsque la vénerie est pratiquée à partir du 15 mai, les jeunes blaireaux de l’année ne sont pas entièrement sevrés et dépendent encore des adultes.
Cette pratique n’est pas non plus sans conséquence pour d’autres espèces sauvages. En effet, une fois l’opération terminée, les terriers se trouvent fortement dégradés. Or ces derniers sont régulièrement utilisés par d’autres espèces, dont certaines sont réglementairement protégées par arrêté ministériel et directive européenne, comme le Chat forestier (Felis silvestris) ou des chiroptères.
Les recommandations du Conseil de l’Europe vont d’ailleurs en ce sens : « Le creusage des terriers, à structure souvent très complexe et ancienne, a non seulement des effets néfastes pour les blaireaux, mais aussi pour diverses espèces cohabitantes, et doit être interdit. »

2 commentaires sur “Gironde jusqu’au 25 mai 2018 : CP sur la période complémentaire de vénerie sous terre du blaireau

  1. Non à la chasse aux blaireaux! NON à la vénerie sous terre, acte barbare et cruel ! mettez-vous à la place de ces pauvres animaux, imaginez qu’on vous torture ainsi, qu’on vous déchiquette vivant ! alors laissez vivre les blaireaux qui sont de moins en moins nombreux et qui mènent leur vie tranquillement sans embêter personne. Arrêtez de détruire la faune dont la flore dépend, laissez la nature reprendre ses droits car sans elle il n’y aura plus de vie… et les blaireaux en font partie et y ont leur place. Alors STOP et surtout STOP à cette période complémentaire dénuée de bon sens

  2. la vénerie sous terre relève d’une pratique archaïque, cruelle et injustifiée, indigne d’une nation qui se prévaut de son action favorable à la biodiversité, à la préservation de l’environnement, allant jusqu’à se doter d’une charte de l’environnement. Le blaireau n’est pas nuisible comme le répète à l’envi les amateurs de vénerie. La mortalité routière diminue de façon considérable ses effectifs. Et nul chien ne se verrait blesser par un blaireau s’il n’avait pas à l’acculer dans son terrier.
    pour une cohérence de la politique environnementale publique de notre gouvernement il s’avère nécessaire de mettre fin à cette pratique délétère barbare et sans fondement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *