Consultation publique (Lot) avant le 24 mai 2018 : Lutte contre la tuberculose bovine : Projet d’Arrêté préfectoral relatif aux mesures de surveillance de la tuberculose bovine chez l’espèce blaireau – Campagne 2018

European Badger (Meles meles)
User:Orland – CC BY-SA 2.5

Pour lire le projet d’arrêté : http://www.lot.gouv.fr/sylvatub-r4005.html

pour envoyer vos avis : ddcspp-sylvatub@lot.gouv.fr

Ce que prévoit le projet d’arrêté :

Article 3 : Echantillons de blaireaux à analyser Dans la zone «infectée», l’opération consiste à prélever un échantillon de 20 blaireaux, préférentiellement des adultes. Dans la zone «tampon», l’opération consiste à prélever un échantillon de 60 blaireaux, préférentiellement des adultes. Dans la zone de «
prospection /dépistage ponctuel», l’opération consiste à prélever autant que possible deux
blaireaux adultes pour chaque terrier actif. Les terriers les plus proches des foyers infectés seront ciblés en priorité. «Préalablement à la mise en œuvre des opérations de prospection , il faudra procéder au recensement des terriers de blaireaux actifs dans la zone de prospection. Les terriers seront numérotés ou nommés et cartographiés. Ceci permettra d’affiner l’objectif global d’échantillonnage, d’ap
porter des précisions sur les densités de blaireaux et d’effectuer un suivi plus précis des opérations de piégeage et de surveillance. Sur la base de cette première étape de recensement des terriers actifs de blaireaux, le piégeage visera à prélever autant que possible un ou deux individus préférentiellement adultes par terrier , ce qui représente généralement de l’ordre de 15 blaireaux analysés autour de chaque foyer sur une même saison.»
Nos arguments à reprendre et personnaliser :
Nous demandons, et à proximité des cheptels bovins infectés :  le renforcement de la surveillance par la collecte et l’analyse systématique des cadavres de blaireaux trouvés, ou signalés, morts, ou mourants, sur le bord des routes qui est à privilégier avant de prescrire des opérations de prélèvement de blaireaux par piégeage ou tir à des fins de dépistage, toute l’année, même en période de mise bas et d’allaitement des blaireautins, et ce en l’absence d’un contrôle du respect de la procédure de traçabilité des blaireaux prélevés.
Outre la surveillance épidémiologique, la réduction des densités des populations de blaireaux entreprise dans les zones infectées relève d’une méthode très contestée scientifiquement depuis longtemps et peut entraîner la disparition locale de l’espèce. La prévalence d’infection dans la faune sauvage ne préjuge pas de la propagation intraspécifique ou interspécifique.
La « régulation » des populations de blaireaux par piégeage ou tir, en périphérie des élevages bovins infectés, ne se justifie pas ; l’épizootie est interne à la filière bovine et l’espèce blaireau n’est pas, à ce jour, un réservoir sauvage de l’infection.

3 commentaires sur “Consultation publique (Lot) avant le 24 mai 2018 : Lutte contre la tuberculose bovine : Projet d’Arrêté préfectoral relatif aux mesures de surveillance de la tuberculose bovine chez l’espèce blaireau – Campagne 2018

  1. Est ce réellement pour prévenir la tuberculose ou juste pour exterminer les blaireaux et faire plaisir aux chasseurs ?

  2. Nous ne voyons pas ce qu’apporteraient de nouveaux prélèvements
    de blaireaux, déjà peu nombreux , alors qu’ils ne sont pas un réservoir
    sauvage de l’infection . Beaucoup d’investigatIons ont déjà été menées et
    donnent toujours ce même résultat .

Les commentaires sont fermés.