Consultation du public : projet d’arrêté autorisant une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles (90)

Y aurait-il une évolution ? On nous donne des arguments presque crédibles, jugez plutôt :

CONSIDÉRANT
que le piégeage envisagé est un procédé sélectif, et que de ce fait, les
animaux non classés nuisibles dans le département, capturés accidentellement, doivent
être relâchés dans les meilleurs délais,
CONSIDÉRANT
que le piégeage sélectif constitue une méthode alternative à l’emploi
de spécialités phytopharmaceutiques
Oui, c’est vrai, la méthode n’est pas basée sur les biocides et elle permet de sélectionner les oiseaux visés, mais la finalité reste la même : on élimine. Et au niveau sélection, « corvidés » est un terme ambiguë, qui réunit corbeaux, corneilles et geais, ce qui fait déjà beaucoup ; on a déjà fait mieux niveau sélectif.
Et puis, l’argument de la préservation des semis est lui aussi très vague : « Les dégâts causés aux activités agricoles par les corvidés sont récurrents et de plus en plus conséquents sur le département. « 
Oui, très bien, mais plus concrètement ? On n’en saura guère plus.
Pour le reste, il ne faudrait pas oublier le rôle qu’ont les corvidés par rapport à la préservation des cultures, notamment en s’attaquant aux limaces et vers blancs.
Pour finir, cette mesure arrive en pleine période de nidification ; plutôt que de tuer des parents, ne faudrait-il pas mieux mettre en place des moyens d’effarouchement visuels ou sonores ?
Vous pouvez retrouver la consultation sur ce lien, la note de présentation ici et l’arrêté la.
Ce projet d’arrêté préfectoral est soumis à la consultation du public du mercredi 7 février au mercredi 28 février 2018

2 commentaires sur “Consultation du public : projet d’arrêté autorisant une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles (90)

  1. Pourquoi tenter de détruire une espèce au risque de créer un déséquilibre sur une chaîne alimentaire. le corbeau se nourrit d’insectes et petits rongeurs, qui sont eux nuisibles aux cultures céréalières… il permet de contenir la population d’insectes et de rongeurs, il est donc utile.
    je trouve que l’homme à tendance à vouloir trop gérer la nature, et si l’on y regarde de plus près, les résultats sont souvent désastreux.

  2. Madame la Préfète,

    Je viens de prendre connaissance de votre projet d’arrêté préfectoral autorisant une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles sur les territoires couverts par le Groupement de défense contre les organismes nuisibles (GDON) du Pays de Montbéliard et Belfort, par piégeage, jusqu’au 31 juillet 2018, dans le département du Territoire de Belfort ; la destruction des corneilles noires et des corbeaux freux est ainsi reconduite périodiquement, et ce sans justification précise des dommages causés, ni limitation du nombre de corbeaux freux et de corneilles noires à prélever, et qui plus est, notamment durant la période nidification. Et cet arrêté ne peut être applicable qu’à la date de publication au recueil des actes administratifs (RAA) de la préfecture, et non à compter de la date de parution.

    Je m’intéresse à titre personnel à la faune sauvage et en particulier aux carnivores de nos contrées.

    Par l’arrêté ministériel du 30 juin 2015 modifié fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées nuisibles, le Corbeau freux et la Corneille noire sont classés « nuisibles » sur l’ensemble du département du Territoire de Belfort.

    Pour prévenir les dégâts causés aux cultures en particulier, des moyens d’effarouchement visuels ou sonores peuvent être mis en place (cf. Protéger les cultures de printemps des dégâts d’oiseaux, Chambres d’agriculture des Pays de la Loire, juin 2012).

    Par leur présence, le Corbeau freux et la Corneille noire, comme l’Étourneau sansonnet, consomment quantité de Vers blancs (ou larves de Hanneton) et de larves de Taupin ou de Tipule.

    La reconduction de la destruction par piégeage des espèces corbeau freux et corneille noire ne se justifie pas.

    Respectueusement,

    Philippe CHARLIER
    – MENAUCOURT –

Les commentaires sont fermés.