Consultation du public : lutte contre les corvidés en Haute-Saône

Corvus corax This photo shows a pair of birds as friends, perching on top of roof.
Wing-Chi Poon CC BY-SA 2.5

http://www.haute-saone.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Information-et-consultation-du-public/Consultation-du-public/CHASSE/Consultation-du-public-lutte-contre-les-corvides

 

envoyez vos réponses avant le 1er mars 2018 à ddt-bfc@haute-saone.gouv.fr

 

Pour résumer : la préfecture clame que ce sont des sales bêtes, nuisibles, qui causent des dégâts aux cultures et qu’en conséquence, on peut les tirer jusqu’au 31 mars voire jusqu’au 10 juin, et qu’en plus, ils pourront être piégées toute l’année !

Merci de vous inspirer des arguments ci-dessous :

L’effarouchement des colonies lors de leur installation à partir de fin février a déjà été testé sur d’autres communes, il est donc possible d’y recourir. (cf. Protéger les cultures de printemps des dégâts d’oiseaux, Chambres d’agriculture des Pays de la Loire, juin 2012)

Les tirs peuvent intervenir durant la période de nidification !

Par leur présence, le Corbeau freux et la Corneille noire, comme l’Étourneau sansonnet, consomment quantité de Vers blancs (ou larves de Hanneton) et de larves de Taupin ou de Tipule.

 

3 commentaires sur “Consultation du public : lutte contre les corvidés en Haute-Saône

  1. Cette décision, aussi stupide que celle prise á Belfort, est scandaleuse , les corvidés font parti de notre paysage, et ont un rôle á jouer, comme toutes les espèces présentes sur cette terre ; vouloir les éliminer, s’apparente á du terrorisme écologique; trop d’espèces sont aujourd’hui en danger d’extinction, et l’Homme en est la cause , il n’est plus possible de continuer dans cette voie, mettez vos armes au placard, et faites travailler vos méninges.

  2. Monsieur le Préfet,

    Je viens de prendre connaissance de votre projet d’arrêté préfectoral autorisant sur les territoires couverts par les Groupements de défense contre les organismes nuisibles (GDON) une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles, par piégeage, jusqu’au 31 juillet 2018, dans le département de la Haute-Saône ; la destruction des corbeaux freux et des corneilles noires est ainsi reconduite périodiquement, et ce sans justification précise des dommages causés, ni limitation du nombre de corbeaux freux et de corneilles noires à prélever, et qui plus est, notamment durant la période nidification.

    Je m’intéresse à titre personnel à la faune sauvage et en particulier aux carnivores de nos contrées.

    Par l’arrêté ministériel du 30 juin 2015 modifié fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées nuisibles, le Corbeau freux et la Corneille noire sont classés « nuisibles » sur l’ensemble du département de la Haute-Saône.

    Pour prévenir les dégâts causés aux cultures en particulier, des moyens d’effarouchement visuels ou sonores peuvent être mis en place (cf. Protéger les cultures de printemps des dégâts d’oiseaux, Chambres d’agriculture des Pays de la Loire, juin 2012).

    Par leur présence, le Corbeau freux et la Corneille noire, comme l’Étourneau sansonnet, consomment quantité de Vers blancs (ou larves de Hanneton) et de larves de Taupin ou de Tipule.

    La reconduction de la destruction par piégeage des espèces corbeau freux et corneille noire ne se justifie pas.

    Respectueusement,

    Philippe CHARLIER
    – MENAUCOURT –

  3. On dirait que partout les Préfets ne savent que détruire !
    Tous les animaux sont utiles, aucune espèce est nuisible, seuls les déséquilibres que nous créons le sont et s’en sera un de plus quand on aura détruit les corvidés, qui servent à faire disparaitre détritus alimentaires et surtout des cadavres, sans eux beaucoup de maladies réapparaitraient, laissons les tranquilles, ils se se gèrent eux même en limitant leur population aux conditions de leur environnement.
    C’est à ceux qui s’en prennent à l’environnement qu’il faut s’attaquer, pas aux conséquences; mais aux causes.

Les commentaires sont fermés.