projet d’arrêté autorisant une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles (90)

Corvus corax This photo shows a pair of birds as friends, perching on top of roof.
Wing-Chi Poon CC BY-SA 2.5

Merci à Philippe Charlier pour son argumentaire et sa précieuse veille !

Aujourd’hui, il s’agit d’agir pour nos amis les corvidés sur le territoire de Belfort.

Date limite d’envoi des contributions : mercredi 28 février 2018

Ecrivez à : ddt-seef@territoire-de-belfort.gouv.fr

Pour lire les documents de présentation, cliquer ici.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’autoriser une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles sur les territoires couverts par le Groupement de défense contre les organismes nuisibles (GDON) du Pays de Montbéliard et Belfort, par piégeage, jusqu’au 31 juillet 2018, dans le département du Territoire de Belfort.

Les arguments contre ce projet, à reprendre dans vos réponses :

La destruction des corneilles noires et des corbeaux freux est reconduite périodiquement, et ce sans justification précise des dommages causés, ni limitation du nombre de corbeaux freux et de corneilles noires à prélever,

Les tirs peuvent intervenir durant la période de nidification !

Cet arrêté ne peut être applicable qu’à la date de publication au recueil des actes administratifs (RAA) de la préfecture, et non à compter de la date de parution.

En clair, pas de justifications des dégâts, aucun chiffre, aucune évaluation, rien !

En revanche, comme pour les autres espèces, merci de souligner que ces oiseaux sont utiles et qu’il existe d’autres alternatives que la mort !

– Des moyens d’effarouchement visuels ou sonores peuvent être mis en place (cf. Protéger les cultures de printemps des dégâts d’oiseaux, Chambres d’agriculture des Pays de la Loire, juin 2012).

– Par leur présence, le Corbeau freux et la Corneille noire, comme l’Étourneau sansonnet, consomment quantité de Vers blancs (ou larves de Hanneton) et de larves de Taupin ou de Tipule.

4 commentaires sur “projet d’arrêté autorisant une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles (90)

  1. Madame la Préfète,

    Je viens de prendre connaissance de votre projet d’arrêté préfectoral autorisant une lutte collective contre les corvidés classés nuisibles sur les territoires couverts par le Groupement de défense contre les organismes nuisibles (GDON) du Pays de Montbéliard et Belfort, par piégeage, jusqu’au 31 juillet 2018, dans le département du Territoire de Belfort ; la destruction des corneilles noires et des corbeaux freux est ainsi reconduite périodiquement, et ce sans justification précise des dommages causés, ni limitation du nombre de corbeaux freux et de corneilles noires à prélever, et qui plus est, notamment durant la période nidification. Et cet arrêté ne peut être applicable qu’à la date de publication au recueil des actes administratifs (RAA) de la préfecture, et non à compter de la date de parution.

    Je m’intéresse à titre personnel à la faune sauvage et en particulier aux carnivores de nos contrées.

    Par l’arrêté ministériel du 30 juin 2015 modifié fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées nuisibles, le Corbeau freux et la Corneille noire sont classés « nuisibles » sur l’ensemble du département du Territoire de Belfort.

    Pour prévenir les dégâts causés aux cultures en particulier, des moyens d’effarouchement visuels ou sonores peuvent être mis en place (cf. Protéger les cultures de printemps des dégâts d’oiseaux, Chambres d’agriculture des Pays de la Loire, juin 2012).

    Par leur présence, le Corbeau freux et la Corneille noire, comme l’Étourneau sansonnet, consomment quantité de Vers blancs (ou larves de Hanneton) et de larves de Taupin ou de Tipule.

    La reconduction de la destruction par piégeage des espèces corbeau freux et corneille noire ne se justifie pas.

    Respectueusement,

    Philippe CHARLIER
    – MENAUCOURT –

    1. L’homme doit vivre en harmonie avec la faune et la flore et s’abstenir de toute tuerie. Tuer pour tuer n’est pas une solution.

  2. Arrêtons de tout tuer ! les oiseaux ont chacun leur utilité et nous n’avons pas lieu des les tuer, nous détruisons l’équilibre naturel si bien fait par la Nature. Les corvidés mangent beaucoup de larves d’insectes qui ravagent les cultures, ils sont là pour aider les agriculteurs qui cultivent bio et donc qui respectent la terre qu’ils cultivent. STOP au massacre programmé des corvidés !

  3. Les corvidés sont des oiseaux très intelligents et bénéfiques pour l’équilibre de l’éco-système. Il ne faut pas les éliminer, cela n’a aucun sens et il n’y a aucune preuve qu’ils soient nuisibles !

Les commentaires sont fermés.