Projet d’arrêté : destruction à tir de nuit du renard dans le département de la Somme

Dates d’envoi des avis : du 26/05/2016 au 15/06/2016


Objet :
projet d’arrêté préfectoral portant autorisation de destruction de tir de nuit du renard dans le département de la Somme


Lien de la consultation :
http://www.somme.gouv.fr/Publications/Environnement-Consultation-publique/Environnement-Consultation-publique

Le projet de texte propose de reconduire l’autorisation de destruction des renards, « y compris de nuit », par les lieutenants de louveterie du 1er août 2016 au 31 mars 2017 dans le département de la Somme

N’oubliez pas de personnaliser vos commentaires, n’envoyez pas des copiés-collés qui souvent, ne sont pas pris en compte par l’administration.

Vous pouvez vous inspirer des arguments publiés dans la rubrique « Argumentaire pour le public ».

 

© Photo de couverture : Renards by Christophe CORET – AVES France

5 commentaires sur “Projet d’arrêté : destruction à tir de nuit du renard dans le département de la Somme

  1. Monsieur le Préfet,

    Je viens de prendre connaissance de votre projet d’arrêté préfectoral portant autorisation de destruction de tir de nuit du renard par les lieutenants de louveterie du 1er août 2016 au 31 mars 2017 dans le département de la Somme, « et la présente autorisation pourra être renouvelée en fonction de la population de renards, à son issue » (sic) ; la destruction des renards, « y compris de nuit », est ainsi reconduite, et ce sans justification précise des dommages causés, ni limitation du nombre de renards à prélever.

    Je m’intéresse à titre personnel à la faune sauvage et en particulier aux carnivores de nos contrées.

    Par l’arrêté ministériel du 30 juin 2015 fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées nuisibles, le Renard est classé « nuisible » sur l’ensemble du département. Pour autant, « aucune problématique de santé publique ne semble pouvoir justifier le classement nuisible du renard » (cf. Guide pratique relatif à l’élaboration des dossiers de demandes préfectorales de classement ministériel de spécimens d’espèces sauvages indigènes en tant que « nuisibles », MEDDE, juin 2014).

    Pour ce qui est de la lutte contre l’échinococcose alvéolaire, la régulation des populations de renards s’avère inefficace, qui relève d’une méthode très contestée scientifiquement depuis longtemps. La vermifugation régulière des chiens et des chats est une mesure préventive efficace. Par ailleurs, les petits mustélidés participent à la rupture du cycle du parasite entre les rongeurs et son principal vecteur, le Renard.

    Par sa présence, le Renard, comme les mustélidés et les rapaces, contribue à la régulation des populations de rongeurs (cf. Campagnols : la prédation est votre meilleure arme, efficace et durable, Techniques culturales simplifiées n° 66, janvier/février 2012), et n’a pas à être érigé en bouc émissaire de la disparition du petit gibier (cf. Des mots d’un autre âge, Plaisirs de la chasse n° 738, janvier 2014). Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurs par an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tant qu’auxiliaire agricole notamment.

    Le renouvellement de la destruction par tir de l’espèce renard ne se justifie pas.

    Philippe CHARLIER
    – MENAUCOURT –

Les commentaires sont fermés.